Bassins Non merci. Manifestation devant l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne – Orléans – la nouveauté rouge-verte de Vienne

PAS UN PENNY DE PLUS pour les piscines

Jeudi 15 décembre 2022 à partir de 11h00

[Pour les transports en commun depuis Vienne, contactez <contact@web86.info] qui transmet]

Pour financer leurs méga-pools, les agro-industriels doivent puiser dans les caisses de l’État. Encore une fois, la FNSEA & l’entreprise essaie d’utiliser notre argent pour financer ses grands projets inutiles et destructeurs.

Pour les seuls bassins versants du Poitou, ils réclament plus de 50 % d’aides de l’État via l’agence de l’eau Loire-Bretagne, soit une facture cumulée de plusieurs centaines de millions d’euros, qu’ils souhaitent faire payer à tous les habitants des bassins ligérien et breton.

Pas de méga piscine sans ce financement public !

Construire ces cratères couverts, installer un système de pompage tentaculaire, maintenir un modèle d’agriculture intensive représentent en effet des investissements colossaux qui ne seraient guère entrepris par les seuls collecteurs.

D’autant que la facture se durcit avec le coût des matériaux, les intrants chimiques, les coûts de soutage des chantiers et les piscines existantes pour faire face à notre mouvement d’opposition grandissant. Une facture qui pourrait exploser si le gouvernement s’entête ou si ces réserves se généralisent.

Dans les prochaines semaines, l’agence de l’eau Loire-Bretagne devra prendre position sur le financement des mégabassins proposés en Poitou.

Son conseil d’administration doit, d’une part, discuter du financement du projet de 30 méga-piscines à Vienne après que le préfet, Macron, l’ait sournoisement approuvé quelques jours seulement après la manifestation de Sainte-Soline. d’autre part, sur la demande d’extension du budget des bassins des Deux-Sèvres.

À LIRE  A Lyon, l'hôpital Saint-Joseph Saint-Luc se donne trois ans pour recouvrer pleinement sa santé

Les élus du CA de l’agence de l’eau Loire-Bretagne vont-ils autoriser le financement de ces projets de prélèvement d’eau pour une poignée d’agriculteurs, alors que les inégalités sociales se creusent, notamment dans le monde agricole ? , et que les effets du réchauffement climatique sont désormais perceptibles. ?

Permettront-ils de financer ces approvisionnements si les bénéficiaires n’ont pas l’intention de réduire leur consommation d’eau, de restaurer significativement leurs milieux aquatiques dégradés ou de modifier les pratiques agricoles pour assurer un approvisionnement de qualité à leurs concitoyens ?

Permettront-ils de financer des projets qui ne font pas l’objet d’un consensus local ou même d’une opposition institutionnelle, scientifique, paysanne et citoyenne croissante ?

L’avenir du dialogue démocratique sur le partage et la qualité de l’eau dépend de l’engagement des élus de l’Agence de l’Eau à refuser le financement de ces projets.

Se faire entendre et interpeller les élus et les habitants de la Bretagne et du Bassin de la Loire sur ces enjeux,

Nous, les collectifs citoyens de Bassines Non Merc, appelons à manifester devant le siège de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne le 15 décembre, date et heure où le conseil se réunit en séance plénière.

Au programme de la manifestation : Discours, Banquet paysan et « Grand jeu éducatif »…

Laisser un commentaire