Meghan Markle, grande perdante des funérailles ?

Lors des obsèques d’Elizabeth II, Meghan Markle a été la cible de nombreuses critiques. Revenons à une telle cabale britannique.

« Pourquoi les Britanniques sont-ils en ce moment en colère contre Meghan Markle ? », s’est interrogé un journal américain après les funérailles de la reine Elizabeth II. Angleterre pour la première fois depuis plus de deux ans. Chaque jour son argument, chaque jour est considéré comme une erreur. La Cabale est vraiment allée à l’extrême.

Lire >> Meghan Markle : les vraies raisons pour lesquelles elle a quitté la famille royale

Une salve de critiques contre Meghan Markle

Une salve de critiques contre Meghan Markle

Dans les heures qui suivent la mort de la reine, Meghan Markle n’est pas avec Harry. C’est effrayant! Rapidement, le web est devenu viral et le hashtag #GoHomeMeghanMarkle est devenu viral. Le mécontentement de l’Anglais se transforme en humiliation publique lorsque certains spectateurs venus aux festivités refusent de lui serrer la main. Désormais, il ne lui restait plus rien : elle n’était pas censée tenir la main d’Harry en public par respect pour la reine, ou garder un bouquet de fleurs de quelqu’un d’autre en public pour des raisons de sécurité. Son chapeau lors de la dernière messe à l’abbaye de Westminster était inapproprié selon certains. Il y a aussi des rumeurs sur sa robe : elle pourrait avoir un micro pour qu’elle puisse enregistrer du contenu pour une éventuelle révélation sur Netflix ! Le dernier jour des funérailles, « teargate » a également enflammé les réseaux sociaux. Des photos montrant Meghan les larmes aux yeux ont suscité l’indignation de ses détracteurs. Hypocrisie, hypocrisie, jeu d’acteur… Elle est soupçonnée de faire semblant d’avoir mal alors que d’autres membres de la famille royale se retiennent.

À LIRE  Jean-Luc Delarue : pourquoi il a été contraint d'annoncer son cancer en conférence de presse

Un passif compliqué avec la famille royale 

Un passif compliqué avec la famille royale 

Doit-on s’étonner de cette impatience ? Pas vraiment. La fête a longtemps été utilisée entre le couple Meghan-Harry et les Anglais. L’acteur américain serait coupable d’avoir retiré un des fils de Charles du sein de la famille avec son engagement, son désir d’indépendance, sa culture américaine et sa notoriété hollywoodienne. Pour Tina Brown, l’auteur de « The Palace Papers » sorti en mai, Meghan Markle aurait pu imaginer une autre vie à la cour et n’a jamais supporté la situation d’enfance dans laquelle elle et Harry se sont retrouvés. Ils sont en eux-mêmes : ils sont financièrement dépendants de la Couronne, incapables de contrôler leurs propres affaires. ou choisir son engagement. Ils ont fini par déménager avant de déménager au Canada puis à Los Angeles, une pause pour Harry qui, selon les experts, avait rêvé d’être libéré. Hélas, aucun compromis n’est possible de part et d’autre, la rupture est totalement terminée en janvier 2021 : le couple est démis de ses fonctions officielles de « Working Members » de la famille royale, ils ne touchent plus au salaire, ils ne bénéficient d’aucune protection formelle. service. L’affaire se serait arrêtée là, si « Megharry » n’avait pas pris l’initiative de détruire la fameuse devise royale « Ne jamais se plaindre, ne jamais s’expliquer ». Après avoir évoqué la moitié des problèmes avec des journalistes lors d’un voyage en Afrique du Sud, ils ont fini par vider leur sac lors d’un entretien avec Oprah Winfrey en mars 2021. Meghan accuse : elle et son fils auraient fait l’objet de propos racistes de la part de syndicalistes. famille royale, c’est très difficile pour les Royals et les Blancs. La popularité de Meghan et Harry est en baisse. Selon un sondage publié le 3 septembre 2021, seuls 34 % de la population britannique aiment le duc de Sussex et 26 % la duchesse. Boutique trop agressif pour suivre une telle institution.

À LIRE  "Le coma oui, mais les erreurs non" : Jean-Luc Reichmann savoure la presse populaire

Une duchesse libérée, délivrée

Une duchesse libérée, délivrée

Il est clair que Meghan Markle ne doit pas s’attendre à beaucoup d’émotions lors de son retour dans un pays hostile. Il ne peut y avoir de paix, même s’il s’agit d’enterrements. Mais est-il le plus grand perdant de cette séquence publicitaire mondiale ? Rien n’est si sûr. L’actrice a compris depuis un moment que son avenir ne sera pas de ce côté-ci de l’Atlantique, et c’est aux Etats-Unis que le couple espère user de son influence et de sa marque en chevauchant tout droit son image de frondeurs. Depuis, des contrats de jus ont été signés avec Netflix et Spotify notamment. De plus, son podcast « Archetypes » a battu des records d’audience lors de sa sortie en août. Un modèle d’affaires éprouvé devant eux sont quelques-uns des plus grands de ce monde, comme les Obamas. Et qui ne souffrirait pas des attaques de quelques Anglais vengeurs…

Laisser un commentaire